10 octobre 2021

EHF EURO 2022 – Un voyage qui forme la jeunesse

L’équipe de France a remporté un succès extrêmement précieux en Ukraine au terme d’un match haletant remporté par 28 à 25 (16-15). Menées en seconde période, les Bleues ont cravaché dur pour boucler positivement cette deuxième journée de qualification à l’EHF EURO 2022. Les Bleues disputeront le Mondial IHF 2021 en décembre en Espagne, avant de poursuivre, en mars prochain, les qualifications à l’Euro avec une double opposition face à la Croatie.

© FFHandball / Icon Sport

Sept de départ : pour ce second match de qualification à l’EHF EURO 2022 disputé à Soumy, Olivier Krumbholz a choisi de débuter avec Laura Glauser, Coralie Lassource, Kalidiatou Niakaté, Méline Nocandy, Pauletta Foppa, Océane Sercien-Ugolin et Alicia Toublanc. Le Lorrain a décidé d’emmener seize joueuses : Clarisse Mairot, Floriane André, Oriane Ondono et Perrine Petiot n’ont pas été retenues. En revanche, Claire Vautier, qui n’avait pas été alignée mercredi soir à Besançon, étrenne sa 3e sélection.

Nocandy, l’art et la baguette
La capitaine de l’équipe d’Ukraine, Iryna Glibko, ouvre la marque dans le Sport Manezh de Soumy. Alicia Toublanc, bien décalée par Océane Sercien-Ugolin, égalise aussitôt puis, après le premier arrêt de Laura Glauser, Méline Nocandy double la marque (2-1, 3e). Comme à Besançon mercredi passé, Alicia Toublanc réussit son début de partie avec déjà un second but (3-1, 3e). Et un triplé pour Alicia Toublanc (4-2, 6e) ! Le rythme de ce début de partie est relevé et ce sont les Tricolores qui affichent le plus de maîtrise avec un écart de +3, après 10 minutes (6-3). Iryna Prokopiak est la première joueuse exclue de la partie. Un penalty, à un-contre-un, une balle récupérée et un tir dans le but vide, soit trois buts d’affilée, Méline Nocandy s’occupe de tout (9-5, 12e). Les premières rotations n’altèrent pas le rendement des Bleues : Tamara Horacek et Chloé Valentini s’illustrent pendant qu’Adja Ouattara a pris place en défense et Lucie Granier, sur l’aile droite. En Franche-Comté ou dans la province ukrainienne, Laura Glauser évolue sur des standards aussi élevés avec 5 arrêts en 18 minutes (40 %). Deborah Kpodar et Emma Jacques entourent Tamara Horacek et, à ce moment de la partie, une seule championne olympique figure sur le 40×20 : Chloé Valentini qui inscrit le 13e but tricolore (13-9, 21e). Natalia Savchyn sort pour deux minutes et, comme plus tôt dans la partie, l’Ukraine trouve la faille en infériorité numérique. Les sanctions tombent : Déborah Kpodar a marqué mais elle est ensuite exclue, à l’instar d’Anna Diablo. Un écart de trois buts sépare les deux formations, près du terme de la 1ère mi-temps (15-12, 25e). Kalidiatou Niakaté réplique à Nataliya  Striukova. Sur une phase défensive, Adja Ouattara doit quitter ses partenaires : la malheureuse semble sérieusement touchée au genou gauche. Les Bleues accusent le coup et les Ukrainiennes en profitent pour réduire la marque par leur capitaine Iryna Glibko puis par Tamara Smbatian. La France rejoint les vestiaires avec un but d’avance (16-15).

Une sacrée bataille
Les Bleues ont donné l’engagement mais Alicia Toublanc voit son tir arrêté par Mariia Gladun puis Océane Sercien-Ugolin est exclue. Catherine Gabriel empêche l’égalisation mais les Ukrainiennes, par l’intermédiaire de leur capitaine Iryna Glibko, par un joli tir en appui, reviennent finalement à la hauteur des Bleues (33e, 16-16). Elles passent même devant avec Maryna Konovalova (16-17, 34e). Pauletta Foppa s’extirpe des griffes de la défense ukrainienne pour égaliser (17-17). Double exclusion du côté ukrainien mais l’équipe de France n’en profite pas pour se détacher, en dépit du premier but de Claire Vautier (18-18, 37e). Catherine Gabriel maintient les Bleues dans la partie avec déjà 4 arrêts en 9 minutes. Iryna Glibko (8 sur 9 dont 5 sur 5 aux jets de 7m), donne le tempo de la partie. Les Bleues sont à la peine depuis la blessure d’Adja Ouattara. Nouvel arrêt de Catherine Gabriel, le sixième, qui n’est pas converti en contre-attaque. Après 44 minutes, les occasions manquées s’accumulent avec des tirs qui fuient le but ou bien qui sont stoppés par Mariia Gladun (19-20, 45e). Vitaly Andronov pose un temps-mort au cœur d’une séquence pourtant plus compliquée côté tricolore. Deborah Kpodar met fin à cinq minutes pendant lesquelles les Bleues sont restées muettes. Puis Alicia Toublanc bat de près la gardienne ukrainienne pour remettre la France devant (21-20, 48e). L’Ukraine plante trois buts d’affilée et s’offre, pour la première fois de la partie, un écart de +2 (23-21, 50e). L’exclusion de Pauletta Foppa envoie Tamara Horacek au poste de pivot. Méline Nocandy réduit la marque pendant que Catherine Gabriel est extrêmement précieuse (8 arrêts à 48 %). Temps-mort posé par Olivier Krumbholz (52e) mais l’égalisation est manquée (balle perdue) et ce sont les Ukrainiennes qui prennent les devants (24-22, 53e). Les joueuses de Vitaly Andronov ne convertissent pas une balle de +3 et c’est Lucie Granier qui ramène son équipe sur les talons des jaunes et bleues. La fin de match est irrespirable : Chloé Valentini file égaliser (24-24, 56e) et Nataliya Striukoiva est exclue. Déjà le 10e arrêt de Catherine Gabriel qui réalise sa prestation la plus aboutie dans un match officiel. Tamara Horacek redonne l’avantage à ses partenaires à trois minutes du terme. La gardienne du Paris 92 enchaine arrêt et passe décisive pour Lucie Granier : +2 pour les Bleues (26-24, 58e). Tamara Horacek, à nouveau, et Méline Nocandy qui chipe un ballon, éteignent le Sport Manezh de Soumy pour sceller le score : 28-25
 
Rédaction : FFHandball

La Première Division Féminine de Basketball devient La Boulangère Wonderligue !

La Boulangère et la Ligue Féminine de Basketball (LFB) annoncent un partenariat exceptionnel de trois saisons. Initié et orchestré en collaboration avec les équipes d’Infront France, cet accord historique comprend notamment le premier naming de la division d’élite du basket féminin français qui deviendra, à partir de septembre 2024, La Boulangère Wonderligue.

Vidéo | Arrivée du Class40 La Boulangère Bio sur la ligne de The Transat CIC

Une grande émotion a envahi Amélie Grassi au moment de couper la ligne d’arrivée de The Transat CIC. Ce dimanche 12 mai 2024 à 2 heures et 27 secondes (heure française), la skipper de La Boulangère Bio, seule femme engagée en Class40, a passé cette ligne virtuelle au large de New York, mettant ainsi un point final à cette traversée exceptionnelle.

Grand-voile déchirée pour Amélie Grassi sur La Boulangère Bio

Au cœur de la flotte des Class40, il y a une boule d’énergie lancée vers New York. Il s’agit d’Amélie Grassi à bord de La Boulangère Bio. Si les conditions météorologiques n’ont pas épargné les marins et les bateaux depuis le départ, Amélie ne se laisse pas abattre.