17 décembre 2023

MONDIAL IHF 2023 - Les Bleues, Championnes du monde 2023 !

L’équipe de France féminine de handball est devenue championne du monde pour la troisième fois de son histoire, ce soir, à Herning. Elle a battu la Norvège au terme d’un championnat éprouvant et d’une année sans défaite. Les Bleues, vingt ans après leurs aînées et six ans jour pour jour après la deuxième étoile, décroche un nouveau sacre mondial.

© FFHandball

Le sept de départ 

Comme lors de la demi-finale gagnante face à la Suède, le staff choisir de laisser Oriane Ondono et Camille Depuiset en tribunes. Olivier Krumbholz reste fidèle à son sept de départ habituel, avec Laura Glauser dans les buts, Pauletta Foppa sur le poste de pivot et la paire Alicia Toublanc – Chloé Valentini dans les ailes. C’est la triplette Laura Flippes – Grâce Zaadi Deuna – Estelle Nze Minko qui est alignée d’entrée sur la base arrière.

Un début de match rythmé

Les Bleues sont parfaitement rentrées dans leur partie et trouvent immédiatement des solutions en attaque. Elles ont même un peu de réussite, puisque les tirs de Tamara Horacek et Laura Flippes sont touchées par la gardienne norvégienne mais finissent tout de même au fond des filets (3-3, 5′). Les deux équipes s’échangent coup pour coup et aucune ne prend le dessus dans ce début de match. La Norvégienne Henny Reistad, comme attendu, est au four et au moulin, mais les ailières françaises ne ratent rien. Les Françaises continuent à tenir le rythme de folie de la rencontre. Coralie Lassource rate ? Pas de problème, puisque Pauletta Foppa gratte un ballon avant d’envoyer Lucie Granier finir le travail en montée de balle. Quelques secondes après Laura Flippes offre, pour la première fois de la soirée, deux buts d’avance aux Bleues, Olivier Krumbholz pose son premier temps-mort.

© FFHandball

Une seconde période concluante 

Olivier Krumbholz fait le choix de lander Hadatou Sako à la reprise de la seconde période, tandis que Léna Grandveau sur le poste d’arrière droite est le seul changement notable parmi les joueuses de champ. Alicia Toublanc montre qu’elle ne compte pas ralentir le rythme en inscrivant le premier but français au bout de trente secondes. Léna Grandveau, touchée à la main, doit quitter ses partenaires et c’est Déborah Lassource qui fait ses premiers pas dans la finale. 

 

Léna Grandveau sur ses appuis

Léna Grandveau, malgré ses 20 ans, s’occupe de tout. Elle claque deux buts, dont un en appui en fin de possession, avant que Hatadou Sako ne fasse la différence avec un arrêt face à Skogrand. Les Norvégiennes perdent un dernier ballon, et le banc français peut exulter : la troisième étoile sera bientôt brodée sur la tunique tricolore. Le titre de champion du monde, qui avait échappé aux Bleues il y a deux ans, reviendra bien dans l’avion pour Roissy lundi matin. Car vingt ans après leurs ainées, les filles de l’équipe de France sont championnes du monde !

© FFHandball

Déclaration du coach

Olivier Krumbholz : Elles n’ont même pas tenté le rouge à lèvres avec moi ! Il y a énormément de plaisir et de joie, surtout pour les jeunes joueuses, celles qui n’avaient jamais connu ça. Il y en a un paquet qui n’étaient pas là en 2017. Tout le groupe a mis tous les ingrédients, on a passé le niveau supérieur de discipline et c’était obligatoire quand on voit le niveau du match d’aujourd’hui. On a été très, très bien, on fait moins d’erreurs qu’elles et à la fin, on gagne. Ce que fait Léna, c’est irréel, clairement, c’est elle qui fait basculer le match. 

Rédaction par la FFHanball

La Première Division Féminine de Basketball devient La Boulangère Wonderligue !

La Boulangère et la Ligue Féminine de Basketball (LFB) annoncent un partenariat exceptionnel de trois saisons. Initié et orchestré en collaboration avec les équipes d’Infront France, cet accord historique comprend notamment le premier naming de la division d’élite du basket féminin français qui deviendra, à partir de septembre 2024, La Boulangère Wonderligue.

Vidéo | Arrivée du Class40 La Boulangère Bio sur la ligne de The Transat CIC

Une grande émotion a envahi Amélie Grassi au moment de couper la ligne d’arrivée de The Transat CIC. Ce dimanche 12 mai 2024 à 2 heures et 27 secondes (heure française), la skipper de La Boulangère Bio, seule femme engagée en Class40, a passé cette ligne virtuelle au large de New York, mettant ainsi un point final à cette traversée exceptionnelle.

Grand-voile déchirée pour Amélie Grassi sur La Boulangère Bio

Au cœur de la flotte des Class40, il y a une boule d’énergie lancée vers New York. Il s’agit d’Amélie Grassi à bord de La Boulangère Bio. Si les conditions météorologiques n’ont pas épargné les marins et les bateaux depuis le départ, Amélie ne se laisse pas abattre.